actualités

29 juillet 2019

Vrai/Faux Épandage des boues

Une partie des boues de la station d’épuration Carré de Réunion située sur les communes de Bailly et Saint-Cyr-l’Ecole est valorisée par épandage depuis 1987. Le reste de la production est dirigé vers une autre filière de valorisation agricole, le compostage. Afin de valoriser l’ensemble de la production de boue, le périmètre d’épandage a donc été agrandi et a fait l’objet d’une demande d’autorisation auprès de la Direction Départementale des Territoires des Yvelines.

Les zones et les parcelles d’épandage ont été choisies par HYDREAULYS – FAUX
Ce sont les agriculteurs intéressés par l’intérêt agronomique des boues issues du traitement des eaux usées de la station d’épuration Carré de Réunion qui se sont fait connaître pour être intégrés au périmètre d’épandage. Les boues présentent un intérêt agronomique avéré et les conditions économiques sont avantageuses pour eux.

Une fois que les boues lui ont été livrées, l’agriculteur fait comme il l’entend – FAUX
L’agriculteur s’engage, par l’intermédiaire d’une convention quadripartite qui lie les partenaires de la filière de valorisation (agriculteur, HYDREAULYS et ses prestataires), à respecter les prescriptions imposées par l’arrêté préfectoral.

L’agriculteur peut épandre autant de boue par parcelle qu’il le souhaite – FAUX
La dose d’épandage est de 13 tonnes de matières brutes par hectare.

L’agriculteur a le droit d’épandre de la boue tous les ans – FAUX
Le délai de retour sur une même parcelle est de 3 à 5 ans.

L’agriculteur épand toute l’année – FAUX
Hydreaulys s’engage à respecter les périodes d’épandage ainsi que les distances imposées par les différents programmes d’action nationale et régionale en vue de la protection des eaux des pollutions par les nitrates d’origine agricole. Les épandages sont exclusivement réalisés lorsque les conditions (état du sol, météo) le permettent.

L’épandage peut entraîner des nuisances olfactives – VRAI
Néanmoins, la déshydratation des boues de la station d’épuration Carré de Réunion d’HYDREAULYS et surtout leur traitement à la chaux vive permettent de limiter les nuisances olfactives. En effet, ces traitements stabilisant la matière organique des boues, cela évite la reprise de la fermentation génératrice d’odeur.

Des mesures supplémentaires sont prises pour limiter les nuisances olfactives :

  • HYDREAULYS s’engage à stocker les boues à plus de 200 m des habitations,
  • les agriculteurs s’engagent par l’intermédiaire d’une convention à enfouir les boues dans les 24 h sur les parcelles situées à moins de 100 m des habitations et des lieux occupés par le public et dans les 48 h sur les autres parcelles. 

Les agriculteurs sont payés pour épandre les boues sur leur parcelle – FAUX
Les agriculteurs ne sont en aucun cas rémunérés.

La filière de valorisation agricole des boues de la station d’épuration Carré de Réunion suit le principe du rendu-racine gratuit, c’est-à-dire que l’intégralité des frais liés aux opérations de transport et d’épandage est à la charge du producteur des boues. En contrepartie, les exploitants agricoles s’engagent à respecter les réglementations en vigueur et à réaliser l’enfouissement des boues après épandage dans les délais imposés.

Les boues épandues remplacent les engrais chimiques / de synthèse – VRAI
Les procédés biologiques mis en œuvre lors de l’épuration des eaux usées reproduisent en les amplifiant, les phénomènes de biodégradation qui se déroulent naturellement dans les rivières. Le résultat de cette biodégradation est appelé « boue ». Pour favoriser une activité biologique propice à la croissance des plantes, ces boues sont stabilisées, déshydratées (30% de matière sèche) et hygiénisées à la chaux.

Grâce à leur composition (azote, phosphore, oligo-éléments), ces boues naturelles se substituent à un engrais chimique. Elles favorisent le développement des racines et améliorent la maturation des fruits et des graines.

L’épandage peut nuire au captage d’eau potable – FAUX
Aucun épandage de boues de la station d’épuration Carré de Réunion n’aura lieu en périmètre de protection immédiat et rapproché de captage d’eau potable. Les stockages et les épandages de boues d’Hydreaulys ne sont pas interdits en périmètre de protection éloigné de captage (à l’exception du captage de Blaru).

Les boues comportent des métaux lourds – VRAI
Les métaux dits « lourds » ou éléments traces métalliques (ETM) sont naturellement présents dans les sols et les plantes qu’il y ait apport de boues ou non. Les préconisations techniques ou réglementaires ont pour but que ces transferts ne soient pas plus importants qu’à l’état naturel. Ces ETM sont suivis par des analyses obligatoires sur les boues et par contrôle des sols sur des points de référence (1 par 20 hectares).

Tous les métaux lourds ne sont pas toxiques – VRAI
Les métaux lourds jouent un rôle important dans le métabolisme. Certains sont essentiels aux humains et aux animaux. C’est le cas du fer, du calcium, du sodium, du potassium, du cuivre et du fluor.

Les taux mesurés dans les boues issues de la station d’épuration d’Hydreaulys sont tous inférieurs aux normes en vigueur – VRAI
La réglementation fixe des concentrations limites et des flux maximum en métaux lourds. Les boues sont analysées selon une fréquence imposée par l’arrêté préfectoral et en fonction du tonnage annuel épandu.

La grande majorité des études montre que les parcelles épandues avec des boues ont des concentrations en métaux lourds équivalentes aux parcelles sans boue et conclue sur un risque très faible voire inexistant.

Les teneurs en métaux lourds (ETM) des végétaux dépendent plus de la nature du sol (complexe argilo-humique et pH) que du type de fertilisants utilisé ou de la dose appliquée. Certains d’entre eux comme le cuivre ou le zinc jouent un rôle utile pour le métabolisme des plantes. Le respect de la réglementation relative à l’épandage vise à supprimer le risque de contamination des sols et des végétaux.

Un contrôle et une traçabilité vont être assurés – VRAI
Le suivi et la traçabilité des boues issues du traitement des eaux usées destinées à la valorisation agricole sont encadrés par une réglementation européenne et nationale très stricte qui garantit que les boues ne sont pas nuisibles.

HYDREAULYS a donc mis en place un suivi agro-environnemental annuel pour la filière d’épandage des boues de Carré de Réunion qui garantit la traçabilité et la pérennité de la filière.

Les plans d’épandage issus de station d’épuration sont suivis, contrôlés par la Direction Départementale des Territoires des Yvelines pour vérifier la conformité vis-à-vis de la législation en vigueur au niveau des documents administratifs, du nombre de prélèvements et des valeurs agronomiques.

En complément, la Direction Départementale des Territoires des Yvelines réalise des analyses des boues et des sols par un laboratoire indépendant et accrédité COFRAC.

Le recyclage et la valorisation des déchets organiques par retour au sol sont encouragés par les réglementations européennes, nationales et régionales. 

L’épandage des matières fertilisantes organiques est également préconisé par l’ADEME (rédaction d’un guide en 2018) car elle contribue au maintien des stocks de carbone dans les sols et à la substitution d’engrais de synthèse. Elle s’inscrit également dans les principes de l’économie circulaire en permettant le recyclage du phosphore.