Scolaire

Scolaire

Qu’est-ce que le grand cycle de l’eau ? Le petit cycle de l’eau ? L’eau, d’où vient-elle et où va-t-elle ? Autant de questions que se posent les enfants. Voici les articles et les pages plus particulièrement sélectionnés pour le public scolaire, où trouver les réponses à ces questions.

Collecteurs

COLLECTEURS En sortie de chaque habitation, les eaux usées sont recueillies et canalisées dans des collecteurs (l’ensemble forme le réseau d’égouts), puis acheminées jusqu’à l’usine de traitement des eaux de Carré de Réunion en utilisant l’inclinaison naturelle du terrain ou à l’aide de stations de pompage intermédiaires. Il existe deux types de réseaux de collecte : Le réseau "séparatif" : permet de collecter dans deux canalisations distinctes les eaux usées issues des utilisations domestiques de l'eau potable (WC, salle de bains, cuisine, buanderie…), et les eaux pluviales (eaux de ruissellement et toitures, de surverse de mare, de drainage…). Le réseau "unitaire" : un seul collecteur recueille les deux types d'eau. Environ 14 millions de mètres cubes d’eau empruntent ainsi tous les ans un réseau de canalisation long de 44 km. Ce réseau s’appuie sur des infrastructures anciennes et prestigieuses puisqu’elles doivent leur existence à la construction du château de Versailles et de ses dépendances. Les deux collecteurs principaux datent ainsi des XVIIe et XVIIIe siècles. Il fait l’objet d’un entretien et d’un suivi permanent.

Médiathéque

médiathèque supports de communication rapports d’activité infographies vidéos Photos Le dico de l'eau actes administratifs statuts ENQUÊTES PUBLIQUES guide de riverain

L’usine carré de réunion

L'USINE CARRÉ DE RÉUNION Une installation innovante Située sur les communes de Saint-Cyr l’Ecole et de Bailly, cette usine traite les eaux usées et pluviales de 14 communes de la plaine de Versailles. Récemment rénovée, elle dispose depuis 2017 de la plus grande unité de traitement membranaire d’Europe, une technologie innovante de séparation finale, sans ajout de produits chimiques, qui garantit une épuration de l’eau à un niveau supérieur aux traitements classiques. Les eaux usées et pluviales sont assainies grâce à différentes étapes : Le dégrillage débarrasse les eaux des déchets les plus volumineux. Le dessablage/déshuilage : élimine les graisses et sables par aération et décantation. Le traitement biologique : des bactéries consomment carbone, azote et phosphore encore présents. Le traitement membranaire : 180 000 m2de membranes immergées assurent la séparation entre boue et eau épurée. La désodorisation : débarrasse l’air des gaz malodorants issus des traitements. Les boues récupérées lors du traitement sont par la suite valorisées. Un contrôle continu de l’eau traitée est réalisé à l’aide d’une station de mesure en sortie de traitement. Il s’ajoute aux 365 bilans réglementaires par an, chaque prélèvement étant réalisé sur une période continue de 24h.   Hydreau 360, l’outil de pilotage Hydreau 360 intègre et agrège 70 000 données, produites en continu sur l’usine et ses réseaux, récoltées grâce à des capteurs et des sondes positionnés sur les ouvrages et les canalisations du système d’assainissement. Cet outil permet d’identifier tout type de dysfonctionnement afin d’anticiper et éviter les crises potentielles.   Des installations qui se fondent dans le paysage Entourée d’un écrin boisé, l’usine du Carré de Réunion s’intègre parfaitement dans la plaine classée du château de Versailles. Les aménagements du site ont fait l’objet d’une attention particulière. Située dans un vallon naturel, accentuée par les remblais ferroviaires avoisinants, l’usine affiche une hauteur maximum de 11 m. Construits en matériaux pérennes, ses nouveaux bâtiments sont couverts d’une toiture végétalisée et, vus de loin, se confondent avec l’environnement rural. Ils épousent les courbes de niveau parallèles au ru de Gally, comme pour mieux accompagner le paysage. Des nuisances limitées Le traitement des eaux usées peut générer des odeurs susceptibles d’importuner les habitants alentours. L’usine Carré de Réunion applique un traitement de biodésodorisation qui supprime les odeurs désagréables.   Un espace pédagogique pour le grand public La récente rénovation de l’usine du Carré de Réunion a donné lieu à la création d’un espace pédagogique à l’attention du public scolaire. Ce lieu convivial et lumineux propose aux jeunes des animations ludiques, pédagogiques et interactives pour tout comprendre sur le grand et le petit cycle de l’eau et les sensibiliser à une utilisation raisonnée de cette ressource précieuse. Envie de voir l’usine Carré de Réunion ? Regardez la vidéo. Capacité de traitement : 340 000 eq/hab 180 millions d’euros de rénovation 22 personnes employées Le site fonctionne 24h/24 Un bassin d’orage de 16300 m³ permet la maîtrise des flux excédentaires pouvant survenir par temps de pluie

Un peu d’histoire

UN PEU D’HISTOIRE Du ru des Moulins de Galie au ru de Gally Intimement lié au château de Versailles et à ses alentours, le ru de Gally prend sa source à proximité du grand canal. Affluent de la Mauldre, qui se jette pour sa part dans la Seine, ce ruisseau de 22 km de long s’appelait au XVIIe siècle le « ru des Moulins de Galie ». Les moulins qu’il alimentait étaient spécialisés principalement dans la farine, mais aussi le papier, et même le cachemire ! Au temps de Louis XIV, le cours d’eau était réputé pour ses truites et ses écrevisses. L’urbanisation engendrée par la construction du château de Versailles a petit à petit changé son visage, pour prendre celui que nous lui connaissons aujourd’hui. Seul exutoire naturel des eaux usées générées par cette urbanisation, le ru s’est progressivement vidé de ses habitants, a connu un envasement progressif, cause de fréquentes inondations. Dans les années 1960, ces dernières ont laissé de mauvais souvenirs aux riverains du ru, particulièrement des communes de Rennemoulin, de Thiverval-Grignon et de Chavenay en 1965. Créé à la suite de ces événements, le SMAERG a multiplié depuis les initiatives afin de protéger les habitants des crues et inondations et redonner au ru de Gally sa vitalité naturelle. Un grand projet de renaturation a ainsi été lancé. 22 kilomètres de Versailles à Beynes Un bassin-versant hydrographique (espace où chaque goutte d’eau tombée finit dans le cours d’eau) de 12 000 hectares 17 communes drainées par le cours d’eau Un débit moyen de 0,66 m³/s

Bassins de stockage

BASSINS DE STOCKAGE Les bassins de stockage permettent de protéger les riverains des inondations et de préserver le milieu naturel en limitant la pollution des rivières. En effet, en cas de fortes pluies, ils régulent les débits en évitant que, en cas de saturation des égouts, les eaux se répandent vers les habitations ou se déversent directement dans les rivières. Le bassin de stockage de Sèvres, créé par Hydreaulys en 2002, d’une capacité de 40 000 m³, est l’un des plus importants ouvrages construits par un syndicat intercommunal en Île-de-France.

Traiter

TRAITER LES EAUX USÉES ET PLUVIALES Chaque jour, l’eau qui sort des robinets est utilisée à des fins domestiques et industrielles. Une fois « usée », elle est collectée et acheminée vers une usine de traitement des eaux afin d’y être dépolluée. Les eaux usées et pluviales de 20 communes sont ainsi collectées et acheminées via un réseau de collecteurs jusqu’à l’usine Carré de Réunion, située sur les communes de Saint-Cyr l’Ecole et de Bailly, ou à l’usine Seine-Aval, à Achères (78), qui dépend du SIAAP (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne). Environ 14 millions de mètres cubes d’eau empruntent ainsi tous les ans le réseau d’Hydreaulys. À l’usine de Carré de Réunion, les eaux collectées passent par différentes étapes de traitement : dégrillage, déshuilage/dessablage, traitement biologique, traitement membranaire et filtration membranaire. Elles sont ensuite rejetées dans le ru de Gally. L’usine Carré de Réunion