Habitant

Habitant

En tant qu’habitant(e) de la région, vous êtes particulièrement concerné(e) par nos actions. Nous avons sélectionné pour vous les articles et les pages plus particulièrement susceptibles de vous intéresser.

5 février 2019

Le nouveau visage du ru de Gally se dessine

Former le nouveau lit de la rivière est la nouvelle étape des travaux de revitalisation du ru de Gally, après le retrait des arbres. L’objectif est triple : améliorer la vie piscicole, diversifier les habitats pour la faune et la flore et augmenter la zone d’expansion de crues.   Le projet Le lit de la rivière est en cours de réaménagement afin de redonner au cours d’eau une morphologie naturelle pour qu’il retrouve ses fonctionnalités. En effet, initialement, le ru de Gally a été chenalisé : son lit a été retracé droit, sa section augmentée et ses berges rehaussées. Les écoulements ont été accélérés. Or, en période de fortes précipitations, le cours d’eau débordait plus facilement dans les zones urbanisées. De plus, son uniformisation offrait une faible diversité d’habitats pour les espèces. En variant le nouveau tracé du cours d’eau, de nombreux habitats pour la faune et la flore seront recréés. Par ailleurs, ce site servira de zone tampon (zone de stockage temporaire des eaux) pendant les périodes de crues. Formation du nouveau lit le 20 novembre 2018 La zone d’expansion de crues Le nouveau lit du ru de Gally en cours de réalisation, sera composé : Du lit mineur (zone où les eaux s'écoulent en temps normal), qui va être rétréci afin de converser une hauteur d’eau suffisante pour la vie piscicole au cours des épisodes de basses eaux. Du lit de « débordement », qui va être élargi grâce à la formation des berges en pentes douces. Sur les abords de la rivière, des zones humides seront créées par la formation de mares. Ces creux permettront d’augmenter le stockage d’eau. La diversification des habitats Des méandres commencent à dessiner le nouveau lit. Ces sinuosités permettront de modifier les faciès d’écoulements et les habitats dans le ru. En alternance seront formés des : Radiers, zones peu profondes, les eaux y sont accélérées et le substrat sur le fond du lit est grossier (graviers, galets, cailloux) ; Plats courants, zones d’écoulement et de substrat moyen, uniforme et homogène ; Mouilles/fosses, zones profondes, les eaux y sont très lentes et le substrat est fin (sables, limons).Cette alternance de milieu dans la rivière diversifiera les habitats de la faune et de la flore. Sans oublier, les zones humides, sur les abords qui offriront également un abri encore différent. La mise en eau du nouveau lit, la stabilisation des berges, les plantations ainsi que la réalisation d’un chemin constitueront les prochaines étapes des travaux. Pour toute question sur ce projet, n’hésitez pas à passer par le formulaire de contact

Collecteurs

COLLECTEURS En sortie de chaque habitation, les eaux usées sont recueillies et canalisées dans des collecteurs (l’ensemble forme le réseau d’égouts), puis acheminées jusqu’à l’usine de traitement des eaux de Carré de Réunion en utilisant l’inclinaison naturelle du terrain ou à l’aide de stations de pompage intermédiaires. Il existe deux types de réseaux de collecte : Le réseau "séparatif" : permet de collecter dans deux canalisations distinctes les eaux usées issues des utilisations domestiques de l'eau potable (WC, salle de bains, cuisine, buanderie…), et les eaux pluviales (eaux de ruissellement et toitures, de surverse de mare, de drainage…). Le réseau "unitaire" : un seul collecteur recueille les deux types d'eau. Environ 14 millions de mètres cubes d’eau empruntent ainsi tous les ans un réseau de canalisation long de 44 km. Ce réseau s’appuie sur des infrastructures anciennes et prestigieuses puisqu’elles doivent leur existence à la construction du château de Versailles et de ses dépendances. Les deux collecteurs principaux datent ainsi des XVIIe et XVIIIe siècles. Il fait l’objet d’un entretien et d’un suivi permanent.

Une question sur votre facture

UNE QUESTION SUR VOTRE FACTURE Comment est calculé le prix de l’eau ? Si à l’état naturel l’eau est gratuite, son traitement et sa distribution ont un coût. Le prix de l’eau intègre les prestations des différents acteurs du service de l’eau (prélèvement, traitement, distribution, retraitement) ainsi que les taxes et redevances. Le prix de l’eau se décompose en trois parties : 46% pour la production d’eau potable : captage de l’eau brute, traitement et contrôle de la qualité de l’eau, distribution jusqu’au robinet 37% pour la dépollution des eaux usées : collecte des eaux usées, traitement en station d’épuration, retour au milieu naturel 17% pour les taxes et redevances Le prix de l’eau est fixé par chaque commune. Il peut varier d’une commune à l’autre car il dépend de l’abondance de la ressource, de sa qualité et de sa facilité d’accès. Il tient compte également des investissements nécessaires à l’entretien et à la modernisation des structures de distribution de l’eau potable et de traitement des eaux usées. Ces différents facteurs ainsi que la densité de la population desservie font varier le prix de l’eau. Comment êtes-vous facturé ? En général, deux factures d’eau vous sont adressées dans l’année : la première est estimative, la deuxième est calculée d’après la consommation réelle, si le relevé du compteur a eu lieu. Si votre compteur n’a pu être relevé, votre facture est alors calculée sur une estimation de votre consommation d’eau à partir de vos trois factures précédentes, et porte la mention « consommation estimée ». Le montant est régularisé lors du relevé suivant.AQUAVESC a décidé, en 2017, de déployer sur son territoire un service de télérelève, Aviz’eau. Déployé progressivement entre 2018 et 2020, ce nouveau dispositif présente de nombreux avantages :  être facturé en fonction de vos consommations réelles  être alerté en cas de consommation inhabituelle suivre votre consommation d’eau en direct sur internet pour une meilleure maîtrise ne plus être dérangé pour le relevé du compteur. source : toutsurmoneau.fr Pour consulter le détail de votre facture, renseignez-vous auprès du délégataire chargée de la distribution de l’eau potable sur votre commune.

Tout savoir sur l’eau

Tout savoir sur l’eau le grand cycle de l’eau le petit cycle de l’eau le dico de l’eau L'usage de l'eau L’espace pédagogique de l’usine de réunion

Médiathéque

médiathèque supports de communication rapports d’activité infographies vidéos Photos Le dico de l'eau actes administratifs statuts ENQUÊTES PUBLIQUES guide de riverain

L’usine carré de réunion

L'USINE CARRÉ DE RÉUNION Une installation innovante Située sur les communes de Saint-Cyr l’Ecole et de Bailly, cette usine traite les eaux usées et pluviales de 14 communes de la plaine de Versailles. Récemment rénovée, elle dispose depuis 2017 de la plus grande unité de traitement membranaire d’Europe, une technologie innovante de séparation finale, sans ajout de produits chimiques, qui garantit une épuration de l’eau à un niveau supérieur aux traitements classiques. Les eaux usées et pluviales sont assainies grâce à différentes étapes : Le dégrillage débarrasse les eaux des déchets les plus volumineux. Le dessablage/déshuilage : élimine les graisses et sables par aération et décantation. Le traitement biologique : des bactéries consomment carbone, azote et phosphore encore présents. Le traitement membranaire : 180 000 m2de membranes immergées assurent la séparation entre boue et eau épurée. La désodorisation : débarrasse l’air des gaz malodorants issus des traitements. Les boues récupérées lors du traitement sont par la suite valorisées. Un contrôle continu de l’eau traitée est réalisé à l’aide d’une station de mesure en sortie de traitement. Il s’ajoute aux 365 bilans réglementaires par an, chaque prélèvement étant réalisé sur une période continue de 24h.   Hydreau 360, l’outil de pilotage Hydreau 360 intègre et agrège 70 000 données, produites en continu sur l’usine et ses réseaux, récoltées grâce à des capteurs et des sondes positionnés sur les ouvrages et les canalisations du système d’assainissement. Cet outil permet d’identifier tout type de dysfonctionnement afin d’anticiper et éviter les crises potentielles.   Des installations qui se fondent dans le paysage Entourée d’un écrin boisé, l’usine du Carré de Réunion s’intègre parfaitement dans la plaine classée du château de Versailles. Les aménagements du site ont fait l’objet d’une attention particulière. Située dans un vallon naturel, accentuée par les remblais ferroviaires avoisinants, l’usine affiche une hauteur maximum de 11 m. Construits en matériaux pérennes, ses nouveaux bâtiments sont couverts d’une toiture végétalisée et, vus de loin, se confondent avec l’environnement rural. Ils épousent les courbes de niveau parallèles au ru de Gally, comme pour mieux accompagner le paysage. Des nuisances limitées Le traitement des eaux usées peut générer des odeurs susceptibles d’importuner les habitants alentours. L’usine Carré de Réunion applique un traitement de biodésodorisation qui supprime les odeurs désagréables.   Un espace pédagogique pour le grand public La récente rénovation de l’usine du Carré de Réunion a donné lieu à la création d’un espace pédagogique à l’attention du public scolaire. Ce lieu convivial et lumineux propose aux jeunes des animations ludiques, pédagogiques et interactives pour tout comprendre sur le grand et le petit cycle de l’eau et les sensibiliser à une utilisation raisonnée de cette ressource précieuse. En savoir plus. Envie de voir l’usine Carré de Réunion ? Regardez la vidéo. Capacité de traitement : 340 000 eq/hab 180 millions d’euros de rénovation 22 personnes employées Le site fonctionne 24h/24 Un bassin d’orage de 16300 m³ permet la maîtrise des flux excédentaires pouvant survenir par temps de pluie