Collectivite

Collectivité

Voici les articles et les pages que nous avons sélectionnés à l’attention des collectivités territoriales. Elles présentent plus particulièrement la complémentarité des compétences d’Aquavesc, d’Hydreaulys et du SMAERG, qui couvrent l’ensemble du petit cycle de l’eau.

Renaturation du ru de Gally

RENATURATION DU RU DE GALLY Le projet de renaturation du ru de Gally a fait l’objet d’une enquête publique en 2017. Approuvé par les riverains et aujourd’hui engagé, le projet a pour objectif de protéger les habitants des crues, de retrouver une biodiversité, de restaurer la qualité de l’eau et de revaloriser la fonction paysagère du ru. Les aménagements portent sur le tracé du lit (création de méandres), l’aménagement des berges et la recréation de la ripisylve (plantation d’une végétation aquatique diversifiée à vocation d’auto-épuration afin d’aider la rivière à pomper la pollution présente dans l’eau).   Redonner une forme naturelle au ruisseau Dès le Xe siècle, le ru de Gally a vu son tracé bouleversé dans le but de le rendre plus rectiligne afin de faciliter les travaux agricoles. Si elles étaient pratiques pour l’activité humaine, ces modifications ont perturbé l’écosystème du ruisseau. Outre une pollution accrue, cette chenalisation à outrance a augmenté les risques d’inondation. Le SMAERG s’est donné pour objectif de redonner une forme naturelle au ru de Gally. Ce faisant, une plus grande biodiversité devrait pouvoir être observée. Les poissons, notamment, qui ont besoin d’habitats spécifiques pour se nourrir et se reproduire, pourront faire leur retour lorsque leur écosystème naturel sera restauré.   Végétaliser les berges Malgré une nette amélioration de son état environnemental ces dernières années, le ru de Gally reste marqué par l’activité humaine et la pollution. On trouve notamment dans ses eaux des traces de nitrates et de matières phosphatées, issus respectivement de l’agriculture intensive et de produits ménagers. Les rivières disposent de capacités « d’auto-épuration » grâce à une végétation spécifique. Celle-ci avait en grande partie disparu le long du ru de Gally. Peu à peu, le SMAERG réintroduit ces arbres de berge, indispensables pour « pomper » la pollution et redonner vie aux différents habitats naturels d’une rivière. Rendre le paysage attractif Aménager le ru de Gally, c’est aussi concevoir des chemins de randonnée ou encorefaciliter des ballades équestres. Le SMAERG s’attache à redonner un intérêt paysager à ce cours d’eau, si remanié au fil de l’histoire qu’il finissait par perdre de son charme. Mis en valeur, le ru de Gally constitue de nouveau une attraction pour de nombreux promeneurs. Ces aménagements paysagers recouvrent également un intérêt environnemental. Des techniques végétales sont ainsi employées pour protéger les berges de l’érosion.

Guide du riverain

GUIDE DU RIVERAIN Ruisseau « non domanial », le ru de Gally appartient à ses riverains, jusqu’au milieu de son lit. Cela engendre des droits mais aussi des devoirs, à découvrir dans ce petit guide pratique.   Guide du riverain

Prévenir les inondations

PRÉVENIR LES INONDATIONS Le ru de Gally est soumis à un plan de prévention du risque inondation (PPRI) qui définit les aléas et les règles de construction à suivre dans les zones inondables. La forte urbanisation des décennies précédentes ayant profondément modifié l’environnement du ru, de nombreuses inondations avaient été provoquées dans les années 1960. Des travaux de rectifications du lit et la création du bassin de rétention des eaux pluviales de Rennemoulin s’en sont suivies. Depuis 2001, aucune crue marquante n’a été recensée. Un entretien régulier est, de plus, assuré par le SMAERG afin de maintenir une bonne capacité d’écoulement du ruisseau.

Un peu d’histoire

UN PEU D’HISTOIRE Du ru des Moulins de Galie au ru de Gally Intimement lié au château de Versailles et à ses alentours, le ru de Gally prend sa source à proximité du grand canal. Affluent de la Mauldre, qui se jette pour sa part dans la Seine, ce ruisseau de 22 km de long s’appelait au XVIIe siècle le « ru des Moulins de Galie ». Les moulins qu’il alimentait étaient spécialisés principalement dans la farine, mais aussi le papier, et même le cachemire ! Au temps de Louis XIV, le cours d’eau était réputé pour ses truites et ses écrevisses. L’urbanisation engendrée par la construction du château de Versailles a petit à petit changé son visage, pour prendre celui que nous lui connaissons aujourd’hui. Seul exutoire naturel des eaux usées générées par cette urbanisation, le ru s’est progressivement vidé de ses habitants, a connu un envasement progressif, cause de fréquentes inondations. Dans les années 1960, ces dernières ont laissé de mauvais souvenirs aux riverains du ru, particulièrement des communes de Rennemoulin, de Thiverval-Grignon et de Chavenay en 1965. Créé à la suite de ces événements, le SMAERG a multiplié depuis les initiatives afin de protéger les habitants des crues et inondations et redonner au ru de Gally sa vitalité naturelle. Un grand projet de renaturation a ainsi été lancé. 22 kilomètres de Versailles à Beynes Un bassin-versant hydrographique (espace où chaque goutte d’eau tombée finit dans le cours d’eau) de 12 000 hectares 17 communes drainées par le cours d’eau Un débit moyen de 0,66 m³/s

PROTÉGER L’ENVIRONNEMENT

PROTÉGER L'ENVIRONNEMENT L’action d’Hydreaulys s’inscrit dans le cadre des exigences fixées par la directive européenne sur les eaux résiduaires urbaines (DERU) et la directive-cadre sur l’eau (DCE). La vérification des raccordements, l’entretien des réseaux, le traitement des effluents et la valorisation des boues d’épuration, toutes ces missions assurées par le syndicat contribuent à la bonne qualité environnementale du ru de Gally, où sont rejetées les eaux usées, une fois traitées. Prenant sa source dans le parc du château de Versailles, le ru de Gally, petit cours d’eau de 22 kilomètres de long, se jette dans la Mauldre, elle-même affluent de la Seine. Connu à l’époque de Louis XIV pour regorger de truites et d’écrevisses, il a souffert de l’activité humaine. Considérée comme préoccupante en 1960, sa santé s’est depuis nettement améliorée grâce à l’optimisation des performances de l’usine Carré de Réunion.

Eaux usées

EAUX USÉES Collecter, transporter, puis traiter les eaux usées de 20 communes avant de les rejeter dans leur milieu naturel… telles sont les principales missions d’Hydreaulys. Plus qu’un simple maître d’ouvrage, ce syndicat est l’héritier d’installations qui remontent à l’époque de Louis XIV ! Préserver ce patrimoine constitue aussi l’une de ses vocations. Mais Hydreaulys est également tourné vers l’avenir et poursuit un objectif fondamental : diminuer l’impact de l’homme sur le cycle hydrologique et œuvrer pour une circulation responsable de l’eau.